Illusions NocturnesRésultat de recherche d'images pour "illusions nocturnes"

Une pièce de Pascal Lacoste

Mise en scène par Juliette Moltes

Avec Iliès Bella, Yoann Berger, Lucile Bodin,

Benjamin Thomas, Pascal Lacoste, Mélodie Molinaro

Du 6 au 29 Juillet 2018

À 14h05

Au Théâtre Pixel (Avignon)

Durée : 1h10

Illusions Nocturnes s’inscrit dans ce qui parait être devenu un genre théâtral à part : les pièces musicales sur un cabaret durant la montée du nazisme. Mais elle tire son originalité que contrairement à Cabaret ou Berlin Kabarett de Stephan Druet, nous ne sommes pas à Berlin mais dans le Paris de 1939. Celui de Montmartre, des artistes aux accents gouailleurs. Celui de Claude Hermon (Yoann Berger) qui réalise, bon gré mal gré, son rêve de monter un cabaret. Il s’entoure de Denise (Lucile Bodin), Sophia (Mélodie Molinaro), Lucien (Pascal Lacoste) et Marcel (Benjamin Thomas) : Une prostituée reconvertie en serveuse, une chanteuse, un poète électricien et un peintre. Mais l’ombre de Rémi l’apache (Iliès Bella) plane sur eux.

Pascal Lacoste nous livre une œuvre de théâtre musical attachante en ajoutant à son histoire des numéros musicaux bienvenus. Les musiques de Julien Goetz, Nicolas Laustriat et Benjamin Landrot apportent de la fraîcheur à ces personnages désillusionnés. C’est rythmé et rudement bien interprété par la bande de comédiens chanteurs.

La pièce prend d’ailleurs son envol définitif quand les numéros apparaissent et il aurait été une bonne idée d’en mettre davantage dans la première partie d’exposition qui, bien que subtilement écrite, tarde un peu trop. On trouve également dommage de ne pas avoir plus de sensation du contexte extérieur qui rode. On sait qu’on est 1939, mais il nous arrive de l’oublier. Cependant, la poésie des mots et des situations est là, et on se laisse emporter sans mal.

Il faut dire que les comédiens-chanteurs sont pleinement investis dans leurs rôles. Yoann Berger donne à son personnage toute sa dimension de rêveur désargenté, Lucile Bodin et Mélodie Molinaro éclairent la scène de leur jeu précis et touchant, Pascal Lacoste mène son personnage entre une interprétation terrestre et aérienne, Benjamin Thomas entre l’amour de l’art et une conscience politique aiguë et Iliès Bella campe un gars de Belleville malmené par la vie.

Illusions Nocturnes est une pièce enthousiasmante à la distribution attachante. Si elle met un peu de temps à démarrer, l’ensemble recèle de nombreuses surprises qui font de ces soixante-quinze minutes un voyage agréable.

Un article de Florian Vallaud

Réservations : https://www.billetreduc.com/209482/evt.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s