Résultat de recherche d'images pour "new comedie musicale saison 6"

Dans le processus de création d’un spectacle, il y a d’abord un texte que les acteurs doivent apprendre, des décors à placer et des costumes à réaliser pour correspondre à chaque personnage. Des partitions à étudier pour les musiciens et des chorégraphies à apprivoiser pour les danseurs si le spectacle est musical. Viennent ensuite les répétitions, les rodages, les générales et enfin, le lancement d’un spectacle préparé, répété et monté qui durera plus ou moins longtemps.

Et si, pour une fois, vous aviez le goût du risque et alliez voir un spectacle « inexistant » ? Un spectacle dont chaque élément qui le compose est inconnu, non seulement par vous mais également par les artistes présents sur scène ? Un spectacle unique qui se renouvelle chaque soir de représentation et qui se crée littéralement sous nos yeux ?

Intrigué ?

Et bien voici la promesse farfelue mais fondamentalement passionnante de « New : La comédie musicale improvisée ».

Présenté pour la 1ère fois en Mai 2012, le spectacle atteint désormais sa 6ème saison en France en cette année 2018. Proposé par Florian Bartsch, les représentations pourraient encore durer des années sans connaître la lassitude du public.

Le concept est plutôt simple. Avant d’entrer dans la salle, chaque spectateur est invité à proposer sur un morceau de papier (qui lui aura été remis dans la file d’attente) le titre de son spectacle ainsi que le lieu où l’action se déroule.

Ce qui fait que, le soir où nous nous y sommes rendus, nous avons eu le choix entre « Et en même temps… » basé dans un lycée d’Amiens et « Une mouche dans le potage » situé dans une confiserie.

C’est alors que le maître de cérémonie, en l’occurrence le créateur Florian Bartsch, demande au public de choisir par applaudimètre le sujet qu’il voudra voir réaliser sur scène. Et ce fut donc « Une mouche dans le potage ».

Une personne du public est ensuite désignée pour donner au hasard quelques notes de musiques qui deviendront le thème musical de la pièce.

Et ça y est, le spectacle peut commencer.

Mais du coup, maintenant que l’histoire est connue, comment tout ceci se traduit sur scène ?

Le spectacle revendique sa performance pluridisciplinaire, et le socle est plutôt simple :

  • Un illustrateur : c’est lui qui devra contextualiser l’action. Muni d’une tablette, dont l’écran est projeté en fond de scène, il va devoir créer les décors et les ambiances de chaque scène pour pouvoir emmener le spectateur dans l’univers du spectacle.
  • Les musiciens : c’est eux qui auront la lourde tâche de créer l’univers musical du show.
  • Les chanteurs / Comédiens : Tout le reste repose sur eux. Les dialogues, les paroles de chansons et l’histoire doit venir de leur improvisation. Ce sont eux qui mènent véritablement la danse car tout peut changer à chaque seconde selon ce qu’ils racontent.
  • Le maître de cérémonie : Florian Bratsch lui-même accueille le public et détermine l’histoire comme décrit plus haut. Ceci-dit, malgré le fait que tout soit de l’impro, il garde quand même la main sur ce qui se déroule et aiguille les comédiens et musiciens dans leur prestations. Il peut également interrompre une scène en plein milieu afin de demander au public comment celui-ci voit la suite des événements, sur quel style musical sera la prochaine chanson, ou encore avec la voix de quel chanteur (ce qui, soit dit en passant, nous a valu une magnifique imitation de Véronique Sanson).

Ce qui est toujours intéressant dans les spectacles d’improvisation, c’est la construction de l’histoire, et pour le coup, « New » ne fait pas exception à la règle. Il est extrêmement difficile d’arriver à tenir le développement d’un récit cohérent et plausible avec pour seul indice un titre et un lieu quand on sait que certains mettent des semaines, des mois voire des années avant d’arriver à monter leur création. Le soir de notre présence, la troupe est parvenue à nous donner un récit cohérent et avec un vrai message de fond sur la joie de vivre.

Alors, oui, évidement, tenir 1h20 d’improvisation provoque de temps en temps des petits ratés, des textes qui ont du mal à venir, des idées qui rament un peu. Mais ça serait injuste de leur en tenir rigueur car, déjà, nous serions incapables de faire le quart de ce qu’ils font, et puis parce que la cohérence, le talent et l’histoire sont présentes et que c’est bien le principal. Chaque personne est impliquée dans son rôle et arrive à toucher le public. Un public fidèle et bien présent, certains venaient pour la 3ème, 4ème voire 6ème fois.

Quant à nous, nous avons passé une excellente soirée et nous y retournerons très certainement lors de leurs prochaines dates.

« New » est une vraie pépite à ne surtout pas rater. Une gourmandise à consommer sans modération sans risque d’indigestion.

Un article de Quentin Gabet

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s