Mille Francs de récompenseRésultat de recherche d'images pour "mille francs de récompense theatre aquarium"

Une pièce de Victor Hugo

Mise en scène de Kheireddine Lardjam

Avec Maxime Atmani, Azeddine Benamara, etc

Du 22 Mars au 8 Avril 2018

Au Théâtre de l’Aquarium (75)

Glapieu, repris de justice en cavale, se réfugie dans une maison pour échapper aux agents de police. C’est ainsi qu’il assiste à un drame familial. Rousseline, financier sans scrupules, saigne aux quatre veines la famille de Cyprienne afin d’obtenir sa main. Un chantage financier de 25 000 francs monté de toutes pièces. Tel un Robin des Bois des temps modernes, Glapieu ne pourra pas laisser cette arnaque impunie.

Tenons-nous le pour dit : Victor Hugo a écrit des comédies ! Ce n’est pas une surprise pour les hugoliens les plus avisés que l’auteur des Misérables aimait à mêler dans son théâtre drame et comédie. C’est la base même du théâtre romantique qu’il a théorisé. Mais c’est déjà moins connu qu’il ait écrit une pure comédie dont le rythme, les rebondissements et les répliques cinglantes font penser à Feydeau et Labiche. C’est durant son exil à Guernesey qu’il écrit Mille Francs de Récompense, une charge féroce envers les milieux financiers qui gangrènent son époque et ruinent jusqu’aux petits bourgeois. Le metteur en scène Kheireddine Lardjam s’empare de ce texte pour en montrer la résonance évidente avec notre monde capitaliste d’aujourd’hui. Le résultat est inégal.

Comme il est de coutume chez Hugo, le texte est bon. La satire est efficace, les bons mots pleuvent et, bien que le rythme soit parfois handicapé par quelques discours politique trop longs, il ne fait encore aucun doute qu’il s’agit là d’une pièce d’un des monuments de la littérature française. Ce texte est servi par des comédiens impeccables dont on ressent le plaisir de distiller chaque réplique pour en tirer la saveur. Maxime Atmani (Glapieu) et Azeddine Benamara (Rousseline) sont les capitaines de cette belle équipe et amène la comédie à son meilleur.

Nous sommes toutefois plus réservés sur la mise en scène. Si l’idée de mettre cette histoire dans une époque contemporaine pour nous en faire comprendre la modernité est plutôt bien vue, certains choix laissent le spectateur dans une perplexité abyssale. Certains gags visuels sont connus pour leur efficacité en tout temps mais, en les déconnectant de toute logique interne au texte, Lardjam leur fait perdre leur potentiel comique. On en vient à se dire qu’on aurait aimé pouvoir en rire mais que ce n’était pas le bon moment. Plus gênant encore, certains choix qui caractérisent les personnages paraissent obscurs : pourquoi avoir fait de Rousseline un travesti nocturne ? Si c’est pour montrer la dualité du personnage, on l’a compris bien avant. Si c’est pour en montrer la perversité, le sous-texte est déjà plus gênant.

Reste que Mille Francs de récompense est une occasion de voir une pièce trop rarement montée malgré son propos fort et terriblement actuel. On aurait aimé plus de cohérence dans la mise en scène, ce qui aurait donné davantage de relief à la comédie. Cependant, il est toujours plaisant de voir de bons comédiens donner le meilleur d’eux-mêmes pour servir un texte aussi bien troussé que celui de Hugo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s