Jack L’éventreur de Whitechapel (2018)Résultat de recherche d'images pour "jack l'éventreur trévise"

livret : Guillaume Bouchède et Jean Franco

Musique : Michel Frantz

Mise en scène : Samuel Sené

Les Lundis à 19h30 et les mardi à 21h30

Au Théâtre Trévise (75)

Londres 1888. Alors que l’Angleterre est en plein essor industriel, le quartier de Whitechapel abrite les couches les plus pauvres de la ville. Misère, vols, prostitutions, mortalité infantile, pollution, violences… Le district regroupe ce qu’il y a de pire. C’est alors qu’entre septembre et novembre, une série de meurtres va frapper une population déjà mise à mal.

Films, livres, courts-métrages… Tout le monde connaît le mythe de « Jack l’éventreur » et beaucoup ont voulu réaliser des œuvres à ce sujet. Mais il est vrai que nous n’avions pas encore eu droit à la Comédie Musicale. C’est maintenant chose faite.

La première chose que nous allons retenir de ce spectacle est la mise en scène. Samuel Sené et Elisa Ollier arrivent à nous plonger dans l’histoire, à y mettre une ambiance angoissante mais pas pesante. Et c’est important de le préciser.

Le livret de Guillaume Bouchède et de Jean Franco veut, quant à lui, se rapprocher le plus de ce que l’on sait de ces meurtres, à commencer par les 5 victimes canoniques reliées à ce jour au tueur en série : Mary Ann Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride, Catherine Eddowes et Mary Jane Kelly. Alors évidement, la première chose que l’on se dit avant d’y aller c’est « Comment vont-ils réussir à représenter les meurtres sur scène ? ». Et c’est là qu’intervient l’intelligence de la mise en scène.

Métaphores, images, textes, lumières et chant, tout est fait pour mettre les spectateurs dans l’angoisse de ce qui se passe. Et c’est réussi.

Le livret retrace également le climat du Londres de l’époque.

Une Angleterre industrielle et prospère mais injuste, où les riches sont très riches et les pauvres très pauvres.

Une Angleterre qui se sent délaissée par sa Reine en plein deuil et ainsi doute de la Couronne.

Une Angleterre qui voit arriver un flux migratoire important. Une arrivée d’étrangers qui va donner lieu à des méfiances, des défiances et un bon nombres d’accusations plus ou moins fondées quant à l’identité de Jack.

Quant à la mise en scène,elle réserve d’autres surprises mais il faudra y aller pour les découvrir.

Notons ensuite le talent et l’implication des comédiens. Chacun tient son rôle à la perfection et arrive à jouer avec les émotions qui donnent corps à cette œuvre et à ses personnages. Nous saluons tout particulièrement le duo d’inspecteurs interprété par Jean-Baptiste Darosev et Julie Costanza. Ce tandem fonctionne car ils arrivent à donner une légèreté nécessaire à la pièce sans pour autant éclipser l’atmosphère angoissante du sujet.

Mention spéciale également pour les chorégraphies des numéros d’ensemble ainsi que les magnifiques costumes réalisés à base de coupures de presse afin de montrer toute la couverture médiatique que ces crimes ont eu à l’époque.

Nous avons cependant une réserve en ce qui concerne la partition musicale. Notamment la partition Chant.

Quand nous écoutons cette comédie musicale, impossible de ne pas sentir l’influence américaine de Stephen Sondheim. Cependant, à vouloir trop utiliser certaines dissonances musicales dans une œuvre, on prend le risque de transformer la mélodie en fausseté. La frontière est subtile et est, malheureusement, souvent franchie ici.

Malgré ceci, « Jack : L’éventreur de Whitechapel » est un spectacle à ne surtout pas rater car il fait partie de ces spectacles qui vous reste en mémoire, qui vous marque par sa mise en scène et les effets qu’elle vous procure. Cette œuvre arrive à redonner vie à l’un des mythes les plus angoissants du XIXème sicècle.

Pari Réussi.

La vraie question maintenant est « Oserez-vous l’aventure ? » .

Un article de Quentin Gabet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s