Ferdinand.(2017)

Film d’animation, comédie – USA

Réalisé par Carlos Saldahna

Avec les voix de John Cena, Kate McKinnon,

Bobby Cannavale, David Tennant…

Sortie en salle le 20 Décembre 2017

Descendant d’un puissant taureau de combat, Ferdinand, l’amoureux des fleurs, est destiné à finir dans l’arène pour affronter le matador. Échappé de l’élevage, il est adopté par Nina, fille de Juan le fleuriste, et coule finalement des jours heureux sur sa colline fleurie. Mais alors qu’il visite imprudemment la ville, son gabarit et une abeille suffisent à le renvoyer au ranch des taureaux de combat. Ferdinand doit alors choisir : refuser la violence et finir à l’abattoir ou combattre et mourir dans l’arène… à moins que le salut soit dans la fuite.

Publié en 1936, L’Histoire de Ferdinand est l’œuvre de l’auteur pour enfants Wilbur Monroe « Munro » Leaf, à la demande de son ami illustrateur Robert Lawson. Paradoxalement, cette histoire qu’il aura couchée en un temps record restera la plus célèbre. Mais quelle histoire que celle de ce taureau massif, puissant et impressionnant qu’on destine à l’arène, alors que son seul désir est de rester sur sa colline, à respirer le parfum des fleurs. Immense plaidoyer pour le droit à la différence, le pacifisme (thèmes dont se serviront ses détracteurs pour le dénigrer) et défenseur de la cause animale avant l’heure, sa critique sous-jacente lui vaudront l’interdiction en Espagne et les bûchers nazis. Deux ans plus tard, Walt Disney l’adapte en court-métrage sous le titre de Ferdinand the bull, certainement l’un des plus beaux accouché par les studios Disney (il remportera d’ailleurs l’Oscar du meilleur court-métrage d’animation). Depuis, en dépit de sa taille gigantesque, Ferdinand le taureau avait un peu disparu.

Il aura donc fallu attendre 2017 pour que le colosse Ferdinand revienne sur les écrans, dans une version remise au goût du jour par les studios BlueSky (créateurs de L’Âge de Glace et Rio). Fidèle à son modèle, le film de Carlos Saldahna se permet malgré tout quelques libertés pas forcément mal venues, telles que la filiation de Ferdinand, fils d’un grand taureau de combat, qui finalement ne rentrera jamais de son combat en arène. En abordant le thème de la famille et de l’héritage, Ferdinand prend un risque en survolant son sujet, ce qui n’aurait pas été un problème s’il n’avait en face de lui un Coco pleinement abouti. Il n’empêche que l’entremêlement astucieux des autres thèmes fonctionne à merveille. Le sort de ces taureaux naïfs, persuadés que seule la force et le combat leur épargneront la mort, dans une Espagne présentée comme moderne pour mieux en souligner l’archaïsme donne matière à réfléchir, sans pour autant perdre les spectateurs, même les plus jeunes.

Mais la plus grande force de Ferdinand, c’est sans conteste son humour servi par sa galerie de personnages déjantés. Si le gentil Ferdinand et son rival autoproclamé Valiente accusent le coup d’une relation classique, les autres taureaux du ranch apportent une fantaisie bienvenue, elle-même soulignée par Lupe, la chèvre au comportement foldingue, et Un, Dos et Quatro, les hérissons chapardeurs. Ajouté à cela, une battle de danse entre les taureaux et trois canassons à l’impayable accent germanique, et une séquence faisant presque passer un abattoir pour un terrain de jeu digne de Fort Boyard, on se rend alors compte que Ferdinand, sans être une mitraillette, balance ses gags à un rythme soutenu entre deux séquences émotions.

Loin d’atteindre la profondeur d’un Coco, Ferdinand respecte malgré tout admirablement son sujet, par son esthétique rappelant le cartoon de Walt Disney relevé par la touche des studios BlueSky, mais aussi par son traitement. D’une drôlerie qui ne laissera sûrement personne indifférent, il fera passer un excellent moment à toute la famille. Olé !

Un article de GBP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s