Ranma ½ (Tome 1, réédition),

Bande-dessinée

Rumiko Takahashi (Dessin et Scénario)

Édité par Glénat

Sortie le 18 octobre 2017

Le dojo Tendo est en effervescence. Après plusieurs années d’absence, Genma Saotomé revient au Japon, un événement que le senseï de Tendo attendait depuis longtemps afin d’organiser une mariage entre l’une de ses trois filles et le fils de son ami, Ranma. Quelle surprise quand ce matin débarque sur le seuil de son dojo un panda grognon et une jeune fille qui s’avèrent être Genma et Ranma, tous deux maudits pour s’être aventurés sur un terrain d’entraînement chinois abandonné depuis des siècles.

Doit-on encore présenter Ranma ½ ? Si le manga a pu vous échapper, la série animée aura sans doute laissé quelques souvenirs aux trentenaires. Arrivée avec l’importation massive d’animés japonais entre les années 70 et 90, en compagnie d’autres tels que Juliette, je t’aime (Maison Ikkoku) et autre Collège fou fou fou (Highschool ! Kimengumi), la série n’aura peut-être pas eu le rayonnement d’un Dragon Ball, mais elle n’en reste pas moins l’une des plus populaires de cette époque. Même si, comme tous les animés de l’époque, la série aura été amputée de nombreuses scènes et dotée d’un doublage en roue libre (même si on est loin du massacre Ken le survivant), l’humour inhérent à l’œuvre se prêtait assez bien à l’exercice, et on garde d’elle un souvenir amusé.

Les 38 volumes du manga avaient déjà été édités par Glénat en 1994, « à la française » pourrait-on dire, c’est à dire avec un sens de lecture occidentalisé, plusieurs éléments censurés et une charte graphique discutable. Il aura fallu attendre 2017 pour que Glénat se décide à rééditer cette œuvre devenue culte et aux tonalités étonnamment actuelles. Certes, nous sommes loin d’avoir affaire à une quête d’identité sexuelle à proprement parler. Plutôt celui de la difficulté d’être une femme dans un Japon sclérosé par les stéréotypes. Car si Ranma change de sexe, son caractère, lui, n’évolue pas, avec tout ce que ça implique en terme de langage et de pudeur par exemple. Dans le même ordre d’idée, la représentation de la jeune femme japonaise se retrouve à travers les trois filles Tendo, Kasumi, l’aînée ménagère, Nabiki, la benjamine séductrice, et Akané, la combattante apparemment aigrie qui cache nécessairement son côté fleur bleue. Des caractères avec lesquels l’auteure joue, surtout quand elle leur adjoint des personnages totalement barrés. Si de l’aveu même de Rumiko Takahashi, amener l’histoire sur le terrain des arts martiaux est arrivé un peu par hasard (le changement de sexe, et autres métamorphoses sont clairement le cœur du récit), il n’en réserve pas moins quelques duels savoureux où l’humour n’est jamais loin. Il est d’autant plus présent que, quand la plupart des mangas se contentent de triangles amoureux standards, l’auteure préfère prendre le parti de véritables polygones amoureux, déjà annonciateurs de situations rocambolesques, auxquelles s’ajoutent les multiples métamorphoses et les caractères ridicules de ses protagonistes.

Quel plaisir de retrouver ce détonnant cocktail d’humour et d’arts martiaux qu’est Ranma ½, d’autant que sa dernière apparition ne le mettait pas vraiment en valeur. Les fans de la première heure loueront cette édition léchée enfin digne de lui, agrémentée de quelques bonus sympathiques. Quant aux autres, ils découvriront un récit à l’humour ravageur. Un vrai concentré d’hilarité à redécouvrir.

Un article de GBP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s