Au Revoir là-haut (2017)Résultat de recherche d'images pour "au revoir la haut"

Un film de Albert Dupontel

tiré du roman de Pierre Lemaître

Avec Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel,

Laurent Lafitte, Niels Arestrup

Distribué par Gaumont

Sortie le 25 Octobre 2017

On connaissait Albert Dupontel le réalisateur sale gosse. De Bernie à Le Vilain, il apportait un vent d’insolence au cinéma français, ne rentrait dans aucune case. Il était punk à sa manière. Neuf mois fermes opérait déjà une légère modification dans son œuvre. L’acidité était toujours là mais elle semblait plus cadrée. C’est avec son nouveau film qu’il opère officiellement sa mue. Au Revoir là-haut est le film de l’évolution davantage que du changement. On ne va pas sombrer dans la facilité de parler de «film de la maturité », expression qui ne veut rien dire, mais il marque décidément un tournant dans le travail de Dupontel notamment par son statut d’adaptation.

Novembre 1919. Edouard Péricourt (Nahuel Perez Biscayart) sort mutilé de la grande guerre. Il a perdu sa mâchoire au combat et ne peut plus s’exprimer. Vivant reclus, car considéré comme mort, il doit sa survie à son camarade de combat Albert Maillard (Albert Dupontel). Les deux vont monter une arnaque aux monuments aux morts pour se renflouer dans cette période de grande confusion.

On comprend aisément ce qui a pu attirer le réalisateur dans ce grand roman. Ses thèmes habituels sont là : la veulerie des uns, l’opportunisme des autres, les petits qui se rebellent face aux puissants, etc. Péricourt et Maillard ne font que profiter de l’occasion que leur apporte le capharnaüm d’après-guerre pour récupérer ce qu’ils ont perdu après les combats. La vraie figure antagoniste du film est celle du Lieutenant Pradelle, un fieffé salopard, campé par un Laurent Lafitte bondissant. Cet homme était déjà un pourri pendant la guerre, il devient un profiteur après.

La réalisation de Dupontel et ses procédés de narration portent le film sur des territoires poétiques qu’on lui connaissait mais qu’il n’avait jamais abordé à ce point. Pour s’exprimer, Péricourt a deux biais : différents masques qui révèlent son état d’esprit et une petite fille qui fait office de porte voix. Par ceci, les dialogues du personnage sont réduits à leur strict nécessaire et ramènent parfois le film à une forme de cinéma muet qui dope sa poésie intrinsèque. Les masques sont autant d’œuvres d’art qu’on prend plaisir à admirer et qui parlent mieux que des mots.

Mais la vraie qualité du film réside dans sa distribution où aucun acteur ne démérite. Cependant, pour la seconde fois cette année, Nahuel Perez Biscayart se détache du lot. Après la gamme d’émotions qu’il véhiculait dans 120 battements par minutes, on se disait qu’il avait fait une démonstration quasiment exhaustive de ses capacités. C’est totalement faux. Privé de mots, il développe une autre palette de jeu dans ce film passant principalement par le regard. C’est fou, c’est beau, c’est bouleversant. L’attachement à son personnage est immédiat et il gagne une aura mystique digne du fantôme de l’opéra.

Au Revoir là-haut est un renouvellement de l’œuvre de Dupontel. Il nous montre tour à tour qu’il sait nous faire rire, rêver, pleurer, frémir dans un même film. Si il y a ici et là quelques longueurs, il aurait été compliqué de les supprimer sans mettre à mal la narration globale. C’est cependant un incontournable de cette fin d’année.

Un article de Florian Vallaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s