Sexe et Mensonges : la vie sexuelle au Maroc (2017)

Un essai de Leïla Slimani

Paru le 6 Septembre 2017

Aux éditions Les Arènes

Après avoir obtenu le prix Goncourt l’année dernière pour son roman Chanson douce, Leïla Slimani revient à ses anciennes amours journalistiques. Son dernier livre a pour ambition de tracer un portrait réaliste du rapport à la sexualité au Maroc. Au mois d’Août dernier, le pays était en émoi suite à la publication d’une vidéo montrant un viol collectif sur une jeune femme dans un bus de Casablanca. On se souvient également du tollé qu’avait provoqué la sortie du film Much loved de Nabil Ayouch sur le sujet de la prostitution féminine clandestine marocaine. Le livre de Slimani tombe donc à point nommé pour faire un bilan de la situation.

À travers plusieurs témoignages de femmes, c’est une société hypocrite qui nous est dépeinte. Elle adopte le visage de la religion pour mieux fermer les yeux sur ce qui se passe réellement au sein de ses frontières. Le sexe hors mariage est illégal et toute marque de tendresse en public est considérée comme un attentat à la pudeur. Il peut se passer ce qu’on veut tant que c’est à l’intérieur de la sphère privée. De fait, les pratiques « alternatives » sont légions pour contourner les interdits. Seul compte que l’hymen soit intact au moment du mariage. Les témoins évoquent différentes méthodes qui semblent toutes plus dingues les unes que les autres. L’hypocrisie va jusqu’à ce qu’un homme puisse coucher avec une femme avant le mariage mais refuser de l’épouser puisqu’elle arrivera « impure » à la cérémonie. Ne parlons même pas du violeur qui peut se tirer d’affaire sans soucis pour peu qu’il épouse juste après sa victime.

Les informations que délivrent cet ouvrage ne sont pas nouvelles mais prennent de l’épaisseur par la voie des témoignages. L’auteur a très bien saisi l’importance de l’incarnation de ces faits que le lecteur français voit par le prisme des pages des journaux. Le texte n’est pourtant pas dénué de défauts. Les témoignages sont intéressants mais parfois trop semblables entre eux. On peut en ressentir une certaine lassitude de la répétition. D’autre part, il arrive que Leïla Slimani ne laisse pas assez durer les histoires de ces femmes pour passer immédiatement à son décryptage qui n’est pas toujours nécessaire, ou pour carrément évoquer son histoire personnelle. C’est intéressant, mais ça aurait pu avoir une autre place dans le livre. On regrette également l’absence de témoignages masculins. Ce n’est certes pas facile d’obtenir que des hommes marocains se confient à une femme, mais cela aurait pu apporter une variété des points de vues qui aurait étendu le propos.

Sexe et mensonges : la vie sexuelle au Maroc est, malgré tout, un document important pour saisir à quel point ce qui est naturel en France est un tabou dans d’autres pays. La sexualité a même un enjeu politique et religieux très fort. Un livre intéressant mais qui aurait pu aller plus loin.

UN ARTICLE DE FLORIAN VALLAUD

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s