Capitaine Superslip (2017)

Animation – USA

Réalisé par David Soren

Sortie en salles le 4 Octobre 2017

Georges Glousse et Harold Golade sont deux inséparables copains de primaire ayant pour point commun un insatiable besoin de rire. Pourvoyeurs de blagues en tout genre et agitateurs scolaires, ils sont aussi les créateurs de l’inénarrable Capitaine Superslip, ridicule super-héros revêtant slip et cape pour seul uniforme. Alors que le directeur Chonchon menace de les changer de classe pour les séparer, ils l’hypnotisent et le persuadent qu’il est le fameux Capitaine Superslip.

Improbable. C’est certainement le mot qui vient en premier à l’esprit au visionnage d’une bande-annonce de Capitaine Superslip. Un mot qui reviendra également tout le long du film, tant l’objet en question semble sorti de nulle part. Pourtant, le Capitaine Superslip n’est pas apparu par hasard dans la liste des productions Dreamworks. Il est avant tout le produit de l’imagination de Dav Pilkey, auteur venu des États-Unis, qui a donné vie à ce super-héros barré destiné aux 6-8 ans et fracasseur de monstres morveux.

Il n’est donc pas étonnant de retrouver Dav Pilkey en tant que producteur auprès de David Soren, lequel nous avait déjà habitué aux projets « étranges » après Turbo et son escargot dopé à la nitro rêvant de courses automobiles. Et si on pouvait reprocher à ce dernier de ne pas avoir la fantaisie qui se serait prêté à son thème on ne peut plus original, Capitaine Superslip se lâche, littéralement, en tirant un parti maximum de l’œuvre délirante de Pilkey. En contrepartie, il se révèle aussi beaucoup moins accessible. Si les enfants, le cœur de cible assumé, s’amuseront sans doute de cette accumulation de gags à base de prouts et de toilettes folles, le « charme » du film n’irradiera sans doute pas au delà. Les parents au mieux souriront des facéties des deux amis.

Avec Capitaine Superslip, Dreamworks poursuit la lignée sans cesse plus féconde des films d’animation adaptation de livres. Au même titre que Snoopy et les peanuts, ou plus récemment Les Schtroumpfs et le village perdu, il ne brille pas par une technique éblouissante (quoique irréprochable au demeurant). Là où Les Trolls l’an dernier jouaient la carte des paillettes et du clinquant, c’est en collant au mieux au style de Pilkey et en le polissant en 3D qu’il tire son épingle du jeu. L’ensemble est chatoyant et, il faut bien l’admettre, plutôt saturé en fluo. Le plus gros reproche qu’on pourra faire au film serait une construction audacieuse, mêlant des séquences de marionnettes-chaussettes, folioscopes (ou Flip’o’rama, technique utilisée par Pilkey dans ses albums) ou franchissement allègre du 4ème mur, hélas un peu trop audacieuse par moment, en causant des ruptures de rythme qui, ajoutées à des gags un peu faibles, peuvent mettre à mal l’attention du spectateur même le plus réceptif.

Alors que penser de Capitaine Superslip si ce n’est qu’il illustre une fois encore les difficultés grandissantes que Dreamworks rencontre à rivaliser avec son grand concurrent Pixar qui, s’il n’est pas exempt d’accidents de parcours, a toujours su s’adresser aux enfants comme aux parents. La puérilité du divertissement en rebutera sûrement certains, et il y a peu de chances de trouver des adultes dans les salles projetant le film, à moins qu’ils ne soient accompagnés d’au moins un mineur de moins de 10 ans.

Quoiqu’on en pense, Capitaine Superslip et son univers délirant représenteront certainement le plus gros morceau de la Toussaint 2017, terrain habituel d’une concurrence qui s’annonce féroce (et dont nous ne manquerons pas de vous parler). Reste pour lui à palier l’obstacle que représente une licence, apparemment populaire outre-Atlantique, mais fort peu connue dans nos contrées.

Un article de GBP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s