Le studio d’animation français Procidis ne dira peut-être rien à nombre d’entre vous, mais il marque pourtant un tournant essentiel à l’aube des années 80. Fondé par le regretté Albert Barillé, ce studio sera à l’origine de la cultissime série des « Il était une fois… ». Après Il était une fois…l’homme en 1978 et Il était une fois…l’espace en 1982, les spectateurs se voient offrir en 1987 un nouveau voyage ludo-éducatif à l’intérieur du corps humain : Il était une fois…la vie. Cette itération laissera une empreinte forte qui traversera les frontières du pays et des générations. À l’occasion de ses 30 ans et d’une ressortie des 26 épisodes restaurés en Haute Définition, il paraissait normal d’organiser une célébration digne de ce nom. Elle a eu lieu le 23 Septembre dernier au Grand Rex devant un public nombreux et conquis. Le programme était généreux et varié.

Présenté par Hélène Barillé, veuve du créateur, l’après-midi débuta par un spectacle hommage sur un texte concocté par deux artistes que nous soutenons, Leah Marciano et Thibaut Marchand. Le biais choisi par les auteurs était à la fois malin et pertinent. Il fallait évoquer le sujet de la série, le corps humain, mais aussi son aspect transgénérationnel : la salle étant en grande partie composée de parents et d’enfants, tout deux bercés par le dessin-animé. Deux personnages s’opposent alors sur scène : 1987 et 2017. C’est un combat des générations. Le spectacle devient alors interactif et propose aux enfants et aux adultes de s’affronter dans la bonne humeur aux cours de mini-jeux visant à rétablir un corps atteint par le méchant Virus. L’idée est simple mais fonctionne à plein régime. Le lâcher de ballons figurant les globules blancs mis d’office le feu au Grand Rex. Les enfants seront très réactifs aux jeux, les adultes passeront un agréable moment nostalgique parsemé de références et de traits d’humour. C’est définitivement un spectacle familial dans le sens noble du terme.

Le reste de l’après-midi était consacré à la diffusion sur grand écran d’épisodes restaurés et d’un documentaire revenant sur l’histoire de la série et de sa restauration. C’était l’occasion d’ouvrir les yeux sur le travail énorme qu’a pu représenter un tel programme pour rendre toutes les données scientifiques accessibles aux enfants. On restera également fasciné par la minutie qu’il a fallu pour rendre au programme ses couleurs d’antan. Enfin, on ne peut qu’adhérer à l’hommage rendu aux doubleurs qui ont fait le succès de la série : Roger Carel, Patrick Préjean, etc.

Il était une fois…la vie n’a pas pris une seule ride et son but ludo-éducatif reste d’une efficacité qu’on ne peut que constater. C’est une œuvre maîtresse dans l’art de l’animation française qui n’est pas prêt d’être détrônée. Quand un projet auquel personne ne croyait parvient à devenir un objet de fascination pendant 30 ans, on ne peut que saluer et espérer que cela dure encore 30 ans.

Un article de Florian Vallaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s