Bandette – Vol 1:Presto !

Bande-dessinée

Colleen Coover (Dessin et Couleurs), Paul Tobin (Scénario)

Sortie en Juin 2017

Dans un Paris fantasmé, la séduisante Bandette multiplie les cambriolages pour assouvir son amour des Arts et de l’Histoire. Aidée de ses fidèles complices, elle nargue la police, notamment l’inspecteur Belgique, qu’il s’agisse de lui échapper que de le sortir de situations inextricables.

En BD comme dans tous les médias, tout est affaire de mouvement. À un moment T, un mouvement apparaît, prospère et se répand, prenant soin au passage d’influencer son époque comme les crues du Nil fertilisaient jadis les champs des pharaons. Pendant longtemps, le style franco-belge a régné en maître quasi incontesté sur l’Europe. Tintin, Astérix, Les Schtroumpfs et consorts étaient, et sont toujours, des canons de la BD, traduits en de multiples langues et célèbres dans le monde entier. Le savoir-faire des grands auteurs franco-belge a même su conquérir un monde d’ordinaire peu enclin à accepter et reconnaître la valeur des cultures étrangères. Il n’y a qu’à voir les faibles performances des films étrangers aux USA comparées à celles de leurs remakes. Cependant, et en dépit de leur célébrité, l’influence qu’ils ont pu avoir est toujours restée très limitée. Difficile d’en trouver des traces dans les comics américains ou les mangas japonais. Aujourd’hui, cette hégémonie européenne s’est un peu tassée. Comics et mangas ne sont plus l’apanage des nerds et des otakus, et si nombre de jeunes auteurs européens empruntent leurs styles à ces mouvements, il est beaucoup plus rare que des auteurs anglo-saxons donnent dans le franco-belge. Bandette est la preuve que les mouvements peuvent parfois s’inverser, pour le meilleur qui plus est.

En effet, impossible de ne pas voir Bandette pour ce qu’il est, soit un hommage magistralement exécuté à la BD franco-belge. Tout y est que ce soit dans le style résolument européen (petits yeux et aquarelle) de C.Coover, jusque dans les intrigues invraisemblables résolues par tous sauf ceux qui devraient être capables. P.Tobin se paie même le luxe de donner à son inspecteur à gros nez le doux nom de Belgique (initiales B.D. À ce stade, ça pourrait devenir gênant si l’ensemble n’était pas aussi maîtrisé). La parenté avec Tintin est même palpable, cet inspecteur se révélant au moins aussi inefficace que les Dupond et Dupont (tout en partageant leur bonne volonté), et aussi tonitruant que le capitaine Haddock. Mais que serait un tel personnage sans un héros à la hauteur pour lui répondre. Ou en l’occurrence une héroïne aussi sagace que joyeuse. Rarement on aura pu qualifier aussi justement un personnage de bouffée d’air frais. Tour à tour virevoltante et taquine comme une gamine, envoûtante et séductrice (ou allumeuse, selon la sensibilité de chacun), parfois je-sais-tout agaçante, Bandette se révèle un personnage aux multiples facettes, toutes parfaitement cohérentes, et qui érige l’insouciance en vertu cardinale. Dans l’esprit de Bandette, rien ne vaut de s’inquiéter, ni les braquages avec prise d’otages dont elle doit s’occuper faute de policiers capables de le faire, ni une rivale venue l’éliminer et qu’elle ridiculise à coups de cabrioles et de remarques acerbes. Et autour de son héroïne, Tobin brosse une galerie de personnages que n’auraient sans doute pas renié des auteurs tels que Hergé ou Edgar P. Jacobs.

Comme tout bon comics américain, ce premier tome ne représente que l’introduction d’une longue histoire. Mais EP Éditions a eu la très bonne idée d’y joindre un corpus de récits courts centrés sur les personnages secondaires.

Située au croisement de Tintin, Fantômette et Robin des bois, Bandette ressemble à une déclaration d’amour faite à la BD de notre enfance, sans pour autant oublier les codes de son temps. À moins d’être totalement hermétique à des séries telles que Tintin ou Blake et Mortimer, difficile de trouver une excuse pour ne pas se laisser emporter par la brise Bandette. Presto !

Un article de GBP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s