Castlevania

Série d’animation (USA)

Warren Ellis (Scénario) et Sam Deats (Réalisation)

Sortie le 8 Juillet 2017 sur Netflix

Valachie, 1455. Une jeune femme souhaitant devenir médecin dans un monde obscurantiste pousse la porte du château de Dracula, seul être disposant des connaissances qu’elle convoite. 20 ans plus tard, alors qu’elle brûle sur un bûcher, Dracula revient d’un long voyage. Apprenant ce qu’il est arrivé à sa femme, il fait fi de toutes les promesses qu’il a pu lui faire et menace toute la Valachie de destruction sous un an, le temps nécessaire pour rassembler une armée de démons. Un an plus tard, alors que tous se réjouissent de leur tranquillité, Dracula réapparaît et met sa menace à exécution.

Castlevania est de ces licences qui réveille tout un éventail de souvenirs dans le cœur des joueurs. Certains très bons, et d’autres beaucoup moins. Apparue sur NES voilà presque 30 ans, Castlevania met en scène la lutte immortelle du clan Belmont (et nombre d’autres protagonistes) contre le mal absolu, personnifié par Dracula. Et au même titre que toute licence dotée d’un âge respectable, la série a connu son lot de chefs-d’œuvre (Castlevania – Symphony of the Night) comme d’erreurs de parcours (Castlevania – Judgement). Mais la plupart des joueurs ayant pu s’essayer à ce savant mélange de plateforme et de RPG habillé d’un background gothique et pléthorique en garde généralement un bon souvenir.

Malgré l’épaisseur de cet univers gravitant autour de Dracula et d’une étourdissante quantité de protagonistes et de monstres issus de tous les folklores, la licence ne s’est jamais encombrée de scénarios complexes, et la série proposée par Netflix ne déroge pas à la règle. En reprenant l’histoire de Castlevania III, la série s’offre certainement l’un des backgrounds les plus intéressants de la licence, avec un Dracula pater familias, une famille Belmont tombée en disgrâce et une église loin d’être très catholique. Certes, au terme des 4 épisodes de cette première saison, tout reste encore à écrire, mais la trame et les personnages familiers des passionnés sont bien présents et respectés.

On peut dire ce qu’on veut de Netflix, mais ils ont au moins le mérite de se pencher sur des projets que les ténors du genre délaissent, à tort ou à raison. En revanche, le degré de qualité qu’ils exigent tourne rarement en leur défaveur. Pour cette première tentative d’adaptation de Castlevania, on ne peut pas dire qu’ils dérogent à cette règle. Certes, les curseurs sont loin d’être poussés à fond, sans doute pour maîtriser les coûts d’un pari loin d’être gagné d’avance, mais les décors sont très travaillés, et l’animation reste honorable. Tout juste peut-on regretter une ambiance qu’on aurait sans doute aimée plus crépusculaire pour une licence qui a fait son miel d’une nuit potentiellement éternelle (peut-être en saison 2 ?). Les doublages, qu’ils soient VO ou VF, relèvent l’ensemble sans pour autant apporter un véritable charisme aux personnages, lesquels ont en plus hérité d’un design plutôt générique, dans ce style fort peu inspiré (mais plutôt populaire) mêlant comics et mangas. Mais on ne va pas se mentir, Castlevania n’a jamais brillé par le charisme dévastateur de ses protagonistes, mais par son ambiance gothique, ici relativement présente.

Pour un coup d’essai, Netflix s’en sort plutôt bien. D’une licence de jeu-vidéo passée sous les radars depuis plusieurs années, ils tirent une série qui tient plus du film découpé (avec tous les soucis de rythme que ça implique), un prologue sans éclat particulier, mais annonciateur d’enthousiasmantes perspectives narratives. On ne peut qu’espérer que la prochaine saison annoncée (qui comptera 8 épisodes) saura les exploiter. Reste juste à savoir si cette série saura séduire le plus grand nombre et pas uniquement les fans de Castlevania.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s