Le Grand Méchant renard et autres contes,

Film d’animation France

Réalisé par Benjamin Renner et Patrick Imbert

Sortie en salles le 21 Juin 2017

À la ferme du Val Fleuri, c’est jour de fête. Au travers de 3 pièces, la basse-cour nous narre les aventures d’un renard devenu mère de substitution pour trois poussins et d’un improbable trio composé d’un canard râleur, d’un lapin irresponsable et d’un cochon qui tente de se faire voix de raison, dans leurs aventures pour ramener chez lui un bébé égaré ou remplacer le Père Noël.

Au cinéma, tout le monde est plus ou moins logé à la même enseigne quand il s’agit de photographie. Même avec des moyens modestes, il est possible, avec un peu d’imagination et de travail, d’obtenir des visuels dignes des plus grands. Le monde de l’animation a ceci de spécial qu’il se rapproche plus de celui du jeu-vidéo. Tout le monde n’a pas les moyens techniques d’un Moi, moche et méchant, mais ça n’empêche pas certains réalisateurs d’obtenir de très bons films, pleins de personnalité et de charme, pourvu qu’ils sachent tirer parti de ces contraintes. Benjamin Renner, qui adapte ici son propre travail, Patrick Imbert et leurs équipes nous régalent d’un sympathique divertissement qui fleure bon le week-end à la campagne.

Pour justifier son titre, le film prend pour cadre une scène de théâtre sur laquelle 3 « pièces » seront interprétées, et pour donner cohésion à l’ensemble gags et références viennent s’insérer à chaque « entracte ». L’impression d’assister à un spectacle d’amateurs mal organisés est amusante, d’autant que chaque personnage sort alors de son rôle, sans pour autant se départir de sa personnalité toujours bien secouée (mention spéciale à la cigogne). Quant aux pièces, si elles diffèrent toutes agréablement dans leur ton, toutes font preuve du même humour ravageur à base de gags parfois éculés mais toujours très bien amenés. Alors que le canard, le lapin et le cochon se chargent d’enchaîner sur les chapeaux de roues les situations cartoonesques, ils encadrent de leurs « pièces » le morceau de résistance, Le Grand méchant renard, tout aussi drôle, mais aussi plus posé (du fait de sa longueur) et prenant le temps de distiller ses situations et la relation qui naît et évolue entre ce renard, prédateur pathétique, et ces trois poussins, qui le mènent par le bout du nez. On découvre alors un film très équilibré, à la fois drôle et émouvant.

Le Grand méchant renard et autres contes nous offre une adaptation très fidèle de la BD de Benjamin Renner, tant dans le style crayonné reconnaissable que dans l’ambiance délirante qui s’en dégage. Ajouté à cela une galerie de personnalités toutes plus barrées les une que les autres, on obtient le premier film d’animation d’importance de cet été 2017.

un article de GBP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s