Les deux timides, une pièce d’Eugène Labiche

Mise en scène par la Cie Hisse-et-eau

avec Gael Guillon-Verne, Sylvain Marceaux,

Mathilde Marillat, Roxanne Merlin, Benoit Maubrey

Les Mercredi et dimanche Jusqu’au 25 Juin 2017

à la Comédie Saint-Michel (Paris)

Dans le vaudeville du XIXeme siècle, il y a deux écoles : Labiche et Feydeau. Si leurs pièces sont souvent mises en parallèle, leurs approches sont très différentes. Le théâtre de Georges Feydeau fonctionne sur une mécanique inexorable dans laquelle les personnages se retrouvent enfermés. Ce sont des bourgeois pris au piège de leur couardise et de leurs mensonges. Chez Eugène Labiche, en revanche, l’accent est mis sur la bêtise de la bourgeoisie. Ses personnages sont souvent des « idiots » et des caricatures vivantes. Cette nuance entre les deux est très importante car on ne les met pas en scène de la même manière, au risque de passer à côté de ce qui fait le sel de « l’humour labichien ».

La compagnie Hisse-et-eau l’a bien compris et offre, jusqu’à la fin du mois, une version enthousiasmante d’une pièce en un acte : Les deux timides. Monsieur Thibaudier est atteint d’une timidité maladive qui l’empêche de parler à des inconnus et de leur refuser quoi que ce soit. C’est ainsi qu’il a cédé la main de sa fille Cécile à Anatole Garadoux, un profiteur. Mais le cœur de Cécile bat pour le jeune avocat Jules Frémissin. Malheureusement, à cause de sa propre timidité, il n’ose faire sa demande..

Le postulat est simple, amusant et dans la veine des comédies en un acte de son temps. La compagnie nous propose une mise en scène collective entre tradition et dépoussiérage. Le rythme est effréné et nous ne voyons pas le temps passer. Si le décor et les costumes sont d’époque et restent dans les habitudes du vaudeville, la modernité réside dans les inventions burlesques délirantes qui enrobent le tout. Les situations et les personnages sont à la limite du cartoonesque : Frémissin est perclus de tics, Garadoux se promène entre le Gaston de Disney et un général SS qui claque sans cesse des talons, etc. Ils se permettent également des anachronismes musicaux qui raccroche le tout à notre époque.

Mais les atouts les plus notables sont l’énergie débordante et la qualité de la distribution. Roxanne Merlin joue la bonne Annette avec un mélange subtil de bonhomie et de moquerie envers les autres personnages. Elle est le lien avec le public, la camarade qui assiste comme nous à l’action. Elle forme un duo attachant avec Mathilde Marillat. Avec sa voix haut perchée et son ton pincé, elle campe une fille de bonne bourgeoisie à la fois amoureuse et volontaire. Elle n’hésite pas à prendre des décisions et donner des ordres quand la situation l’exige. Nous avons un peu évoqué l’interprétation de Benoit Maubrey quand nous parlions de son personnage Garadoux. Dès sa première entrée en scène, l’antipathie de cet être hautain et présomptueux transparaît. Benoit Maubrey semble jubiler à interpréter un personnage haut-en-couleur.

Venons-en maintenant aux comédiens qui tiennent les rôles titres. Gaël Guillon-Verne interprète un Frémissin frémissant. Sa timidité transpire par tout les pores de sa peau et ses gestes sont incertains. Il apparaît comme fragile. De l’autre côté, le Thibaudier de Sylvain Marceaux est dans la panique constante, le débit de paroles qui s’accélère et un visage élastique qui lui permet de déclencher le rire avant de dire un mot. Le duo fonctionne à merveille et le summum est atteint lors d’une scène de rencontre très drôle avec peu de dialogue misant sur les silences et la gêne des deux.

Les deux Timides est un spectacle frais et délicieux. Il se consomme comme une boisson froide en terrasse un jour de soleil. On aime y être et on quitte cette sympathique équipe, qui nous apporte ce qu’il faut de rire et d’énergie positive, à regrets. Le spectacle se joue les mercredi et dimanche jusqu’à la fin du mois à la Comédie Saint-Michel. Nous ne saurions trop vous conseiller de vous y ruer avant la fin et espérons retrouver cette belle compagnie pour un prochain spectacle.

Un article de Florian Vallaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s