L’amant double (2017)

Un film de François Ozon

Avec Marine Vacth, Jérémie Rénier, Jacqueline Bisset

Distributeur : Mars Films, Mandarin Films

Moins d’un an après son dernier long métrage, Frantz, François Ozon revient avec une nouvelle expression de ses thématiques habituelles. Pour qui connaît un peu l’œuvre du réalisateur, on sait qu’il est protéiforme mais constant dans ses marottes. Il y a les films « tous publics » comme 8 femmes, Potiche, Ricky. Et il y a les autres. Ceux qui développent un univers malsain, pervers, en permanence lié au sexe comme objet de pouvoir. Ceux qui mettent en lumière les aspects les plus sombres de l’être humain. L’Amant double, sorti en salle ce vendredi 26 Mai 2017 et présenté à Cannes en compétition, s’inscrit dans cette mouvance.

Chloé (Marine Vacth) va mal, très mal. Son syndrome dépressif sévère se manifeste par des douleurs abdominales qu’aucun médecin n’arrive à apaiser. Elle se tourne alors vers la psychothérapie et semble régler son problème en tombant amoureuse de son thérapeute, Paul (Jérémie Renier). Alors qu’ils s’installent ensemble, Chloé va découvrir que son mari lui cache l’existence de son frère jumeau et de l’étrange raison qui les a séparé.

A la tête du scénario et de la réalisation, François Ozon nous plonge dans un thriller sensuel charriant certains de ses thèmes de prédilection et une réflexion sur la dualité des êtres. Les jumeaux interprétés par Jérémie Renier sont comme deux faces d’une même pièce. Plutôt que les traiter comme des êtres semblables, le réalisateur les oppose. L’un est fréquentable, relativement bienveillant et tendre. L’autre est brutal et dominateur. Il se réfère à ce phénomène médical qu’on nomme les « jumeaux parasites ». Lors de la gestation, deux fœtus sont présents mais vont se rapprocher jusqu’à ce que l’un prenne l’ascendant sur l’autre. Il va « l’ingérer » et arrêter son développement sans pour autant le faire disparaître. Ici, les deux seraient tout de même venus au monde mais la dynamique serait similaire. C’est ainsi que le thème essentiel de la filmographie de Ozon prend sa place : la domination. Ce qui était le cœur même de Gouttes d’eau sur pierres brûlantes s’insinue ici dans l’intrigue. Le jumeau maléfique veut prendre le dessus sur Chloé et, par la même occasion, sur son frère. C’est ainsi que surgit la sexualité dans le film.

Si tout ceci peut paraître attirant, la mayonnaise ne prend pas complètement. La réalisation est comme toujours très belle et pleine d’idées. Les séquences se succèdent avec des fondus au noir qui peuvent évoquer les flashs de l’inconscient, nous plongeant dans un cauchemar. Mais l’écriture ne suit pas et est parfois assez balourde. Les personnages nous énoncent les concepts psychologiques et manquent alors de naturel. D’autre part, si le talent de Jérémie Renier n’est plus à débattre, celui de Marine Vacth est autrement plus contestable. On pourrait arguer qu’elle joue sur l’intériorité du personnage mais cela ne ferait que la remettre sur le même mode de jeune que dans Jeune et jolie. Même si son personnage peut faire penser à celui qu’elle incarnait dans ce film par son absence de vie et sa frigidité, le reste est très différent. Nous pouvons craindre qu’elle n’ait que cela à offrir.

L’Amant double est, malgré tout, un bon thriller lorgnant sur les univers de Lynch ou Cronenberg. Il est bien rythmé et les révélations sont distillées pour offrir ce qu’il faut de mystère au spectateur. Nous restons toutefois réservés sur le twist final qui pose davantage de questions qu’il en résout et cède un peu trop à la facilité. Si il ne fera pas parti de notre panthéon des meilleurs films de Ozon, c’est loin d’être un mauvais film et il reste ancré dans la mémoire longtemps après la séance.

Un article de Florian Vallaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s