Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar (2017)

Un film de Joachim Ronning et Espen Sandberg

avec Johnny Depp, Javier Bardem, etc

En salle depuis le 24 Mai 2017

L’été approche. Les jours rallongent, le soleil est de plus en plus présent. Dans les salles obscures, c’est la période des blockbusters. Chaque année, les studios américains nous abreuvent de « films pop corn » dont le seul but est de divertir à grand renfort de scènes d’actions et de débauche de moyens. Disney n’est pas avare cette année puisque ce sont deux grandes licences qui occuperont la période estivale. Avant de découvrir dans quelques semaines, Spiderman : Homecoming, c’est le cinquième opus d’une saga culte qui part à l’abordage du grand écran. Pirates des Caraïbes : la vengeance de Salazar sort 6 ans après un dernier film qui avait déçu son public. La tâche est ardue pour ce nouvel épisode : redynamiser une saga en perte de vitesse et ouvrir les portes d’une nouvelle ère dans la licence. Le résultat final est en demi teinte.

Henry (Brenton Thwaites), le fils de Will Turner (Orlando Bloom), cherche depuis plusieurs années à libérer son père de la malédiction du « Hollandais volant ». Il tombe alors sur la légende du trident de Poséidon qui permettrait de régner sur les mers et lever tous les sorts de l’Océan. Convaincu que la seule personne au monde qui pourrait l’aider est Jack Sparrow (Johnny Depp), il part à sa recherche. Mais il n’est pas le seul sur l’affaire. Carina Smyth (Kaya Scodelario), jeune scientifique accusée de sorcellerie, et le décharné capitaine Salazar (Javier Bardem) vont croiser son chemin avec des buts bien différents.

La première bonne nouvelle, c’est que ce qui faisait le sel des premiers opus est de retour. Nous retrouvons, avec un plaisir certain, l’esprit échevelé qui nous avait séduit dans Pirates des Caraibes. Le scénario mêle efficacement l’aventure, la comédie et le fantastique dans des séquences parfois très inspirées. Il distille aussi quelques révélations sur nos héros qui nourrissent la mythologie des films. Seulement, la réalisation n’est pas à la hauteur des ambitions. Nous regrettons tout au long de la projection le savoir-faire de Gore Verbinski qui rendait le tout aérien. Ici, les réalisateurs Joachim Ronning et Espen Sandberg font la démonstration d’une légèreté pachydermique. Les scènes de combat sont brouillonnes, mal montées et souvent illisibles. Ils veulent donner du rythme, ils perdent en fait ce qui rendrait le tout épique. La débauche d’effets numérique mal gérés ne fait qu’accentuer le problème. Dans certaines séquences, le fond vert est visible. La palme est remportée par une attaque de requins numériques digne de Sharknado. On y perd alors en immersion et le film a parfois des allures de fan-fiction à grand budget.

Si la majorité des comédiens sauvent le film par une interprétation impliquée de leur personnage, Johnny Depp semble être venu chercher son chèque. Vous n’êtes pas sans avoir remarqué que, depuis quelques années, l’ancienne coqueluche des films de Tim Burton a perdu en subtilité de jeu et en inventivité. Son retour dans le rôle de Jack Sparrow était attendu par ses fans puisqu’il semble qu’il s’agisse du seul rôle qu’il soit désormais capable de jouer. C’était visiblement trop en espérer. Il est en mode automatique et nous sert une pâle copie du personnage haut en couleurs qu’il a interprété génialement quatre fois auparavant. C’est comme si le cœur n’y était plus. Il joue souvent faux dans les longs échanges de dialogue et nous donne l’impression d’être face à un animatronique de parc d’attractions. Fort heureusement, le film le relègue au second plan et n’en est pas tellement impacté.

Malgré ses nombreux points négatifs qui laissent à penser que le film a été fait à la va-vite, Pirates des Caraïbes : la vengeance de Salazar est un divertissement honnête qui remplit bien son office. On s’y amuse et l’aventure est au rendez-vous. L’attirance enfantine pour les films de pirates et leurs combats épiques remporte tout de même l’adhésion du public.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s