Le nouveau Sanson est arrivé ! 6 ans qu’on attendait un nouvel album, même si
l’attente a été jalonnée d’une réédition de Amoureuse, d’un best of des Années américaines et du live de cette tournée événement. Elle le promettait à longueur d’interviews, de nouvelles chansons étaient enregistrées et ne tarderaient pas à sortir. Mais en bonne perfectionniste, elle a probablement attendu que l’album ressemble à ce qu’elle voulait et ce qu’elle promettait à ses fans. Cela valait le coup d’être patient car l’auteur-compositrice offre un vent de fraîcheur bienvenue. Elle va mieux, elle croit en la vie et nous fait partager sa nouvelle philosophie par des chansons dont la morale pourrait être : le monde est dingue mais tâchons de rester heureux et libres.

Le triste état du monde ouvre l’album avec la chanson-titre qui traite du fanatisme religieux, catholique en l’occurrence mais le discours peut être étendu, et de sa volonté d’enfermer la liberté de chacun. Elle n’est pas contre la religion mais contre ceux qui la font appliquer avec des œillères. Et c’est ainsi que l’album traite le thème de la liberté qu’on réclame ( Ces Moments-là), qu’on saisit avec violence ( Docteur Jedi et Mr Kill), ou qu’on regrette d’avoir tant appelée de ses vœux ( Et je l’appelle encore). Véronique Sanson finit avec une expression de sa liberté retrouvée de créatrice en nous offrant une chanson-gag assez folle nommée La Loi des poules. Comme si les années, les expériences heureuses ou malheureuses de sa vie, avaient façonnées une compositrice plus libre et qui n’avait plus rien à prouver si ce n’est se faire plaisir et plaire à son public.

C’est ainsi qu’on retrouve les influences musicales qui l’ont toujours habitée qui traversent l’album. Des sons jazzy, du blues magnifiquement composé par Chris Stills sur Docteur Jedi et Mr Kill, des sonorités sud-américaines dans Et s’il était une fois. Toutes les recettes d’un bon album de Sanson sont là et on prend plaisir à les retrouver avant de découvrir comment elle les transcende sur scène. Les réservations sont d’ailleurs déjà disponible pour la tournée et pour ses représentations parisiennes en Décembre 2017 à la Salle Pleyel et à l’Olympia. On ne manquera pas de vous en reparler.

Un article de Florian Vallaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s