Le Monde de Dory (2016)

Un  film de Andrew Stanton et Angus MacLane

En BluRay et Dvd le 29 Octobre 2016.

Qui aurait pu oublier Dory ? Dans Le Monde de Némo, elle était cet adjuvant déconnant que rencontrait Marin, un poisson-clown à la recherche de son fils Némo. Avec ses troubles de la mémoire immédiate, elle avait gagné le cœur des spectateurs par le rire. De fait, beaucoup de spectateurs citent encore ses répliques quand on leur parle du film. Il semblait donc évident que Disney et Pixar mettent une suite en chantier.

Tous les doutes étaient permis quant à la pertinence et la qualité d’un tel projet. Pixar n’est plus la valeur sûre qu’il était à ses débuts. Pour un chef-d’œuvre comme Vice Versa, ils sont aussi capables du franchement mauvais Voyage d’Arlo. D’autre part, leurs tentatives de suites n’ont jamais dépassé le statut de films amusants ( Monstres Academy, Cars 2). Toy Story 3 reste l’exception qui confirme la règle. Pixar a d’ailleurs annoncé il y a quelques mois que, hormis les suites déjà en chantier, ils ne feraient plus que des films originaux. C’est donc avec une certaine appréhension que nous avons abordé ce film et que nous revenons dessus à l’occasion de sa sortie en DVD et BluRay.

Si certains pinaillent sur le fait que ce soit une « suite » ou un « spin off », le débat ne changerait pas grand chose dans ce cas. C’est les deux à la fois tant ce film complète le premier, le prolonge, lui répond voire même le précède. Dory passe du second plan au premier et devient l’héroïne de sa propre histoire. Ceci permet aux scénaristes de la faire passer de simple ressort comique à un personnage aux nuances plus prononcées. Si nous pensions connaître Dory, ils nous montrent que nous savions rien d’elle ou de son histoire personnelle. Et ceci pour la simple raison qu’elle ne le savait plus elle-même. La proximité avec la famille soudée que forme Marin et Némo réactive les souvenirs de la sienne. En ce sens, le film s’inscrit clairement dans la continuité puisqu’il ne pourrait exister sans le premier. Sans les événements qui ont amené Dory à côtoyer ces poissons-clowns, il n’y aurait pas de réminiscence possible. Les scénaristes ajoutent donc une dimension touchante à cette découverte de soi et à la quête de ses origines.

Le Monde de Dory propose un scénario en miroir de celui du Monde de Némo. Ici, il n’est pas question d’un père à la recherche de son enfant pour le libérer de la captivité, mais d’une fille qui cherche à retrouver la captivité pour retrouver ses parents. Là où Marin était peu enclin à l’aventure, Dory est aventureuse et inconsciente des dangers qui peuvent l’attendre. Ainsi, l’analyse et l’immobilisme de Marin dans le scénario du premier sont remplacés par les actions désordonnées de Dory. On nous propose donc un scénario à son image ; qui va à cent à l’heure.

L’ambiance globale en est intrinsèquement modifiée. À la beauté des fonds marins s’ajoutent des situations et des personnages délirants. On y rit énormément et c’est une vraie qualité pour un film estival.

Le Monde de Dory propose une aventure où le rire et l’émotion se mêlent de façon homogène. S’il est moins profond dans les thèmes qu’il aborde que son prédécesseur, cela reste un film touchant où l’on ne s’ennuie pas. Un bon divertissement familial.

Un article de Florian Vallaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s