En 2004, la chaîne américaine TNT prends la décision de produire une comédie d’aventure tout droit inspirée d’Allan Quatermain, Indiana Jones ou encore la défunte Sidney Fox avec Tia Carrere. Ce téléfilm suivra la quête périlleuse et rocambolesque de la lance sacrée, menée par un personnage plus habitué aux bibliothèques qu’aux missions délicates : Flynn Carson. Juste après le succès littéraire du Da Vinci Code de Dan Brown, ce genre de sujet est en vogue. Toutes les quêtes ésotériques possibles sont traitées avec plus ou moins de succès par les producteurs de cinéma, les éditeurs et les chaînes de télévisions. Mais ce qui distingue ce projet des autres, c’est son humour et son second degré constant. Plutôt que de choisir de mettre en avant un professeur d’université aventurier à ses heures perdues, le scénariste David Titcher choisi un éternel étudiant recruté parmi de nombreux pour être le nouveau « bibliothécaire » d’un édifice regroupant les nombreux artefacts magiques légendaires. Il sera aidé dans son nouveau travail par Judson, employé permanent de la Bibliothèque, et de l’épée Excalibur.

Si l’univers et l’emploi du personnage assimile l’œuvre à un film de série B, c’est totalement intentionnel. Son nom original va même jusqu’à donner une aura héroïque à une fonction qu’on considérerait comme banale : The Librarian (« Le Bibliothécaire »). Tout y est parodique et sublimé par une interprétation délirante et bondissante de Noah Wyle, à peine sorti de Urgences. Le tout fonctionne suffisamment bien et a un capital sympathie qui motive la chaîne à en commander deux autres tout aussi divertissants : Flynn Carson : Le trésor du roi Salomon (2007) et Flynn Carson : Le secret de la coupe Maudite (2009). Depuis, la trilogie sombre peu à peu dans l’oubli si ce n’est de multiples rediffusions en France sur la toute jeune TNT. C’est du fond de catalogue qu’on sort pendant les fêtes pour combler du temps d’antenne.

C’était sans compter sur l’amour de Noah Wyle pour ce personnage et la détermination qu’il a à vouloir mettre en chantier une suite. Cette obstination abouti la diffusion d’une série de 10 épisodes de 42 minutes chacun à l’hiver 2014 : Flynn Carson et les nouveaux aventuriers (The Librarians). Notez bien le pluriel utilisé dans le titre original. Noah Wyle étant engagé par une autre série (Falling Skies), il ne peut consacrer tout son temps d’acteur sur le projet. Il va donc passer le relais dès le pilote à une équipe hétéroclite de trois Bibliothécaires et une Gardienne chargée de leur protection. Un expert en chapardage, un expert en histoire de l’art, une matheuse dont une tumeur lui permet de calculer pleins de choses à la vitesse de la lumière et une ancienne agent du gouvernement forment cette joyeuse bande. Comme vous pouvez le voir, la série n’a rien perdu du côté excessif et caricatural de la trilogie originale. Mais voilà, on ne traite pas quatre personnages principaux comme on en gère un. Le rythme des scénarios et leur énergie sont totalement différents. Ce serait une erreur de croire que multiplier les personnages suffit à dynamiser le tout. Dans la première partie de la saison 1, chacun d’eux n’est utilisé que pour sa particularité dans le groupe et ce qu’il peut apporter à la résolution de l’énigme en cours. Ce ne sont que des éléments scénaristiques pour faire avancer les intrigues. Et sans profondeur, il ne peut pas y avoir d’empathie. Et sans empathie, les premiers épisodes sont assez pénibles à regarder. D’autant plus que le pilote voit disparaître la Bibliothèque dans une autre dimension avec les employés auxquels on s’était habitué. Sans Flynn et sans aucun autres repères, les scénaristes prenaient de gros risques et ne semblaient pas prêt à transformer l’essai. Il faudra attendre la seconde partie de la saison et certains retours de Flynn pour redresser les choses et voir germer des épisodes drôles et bien équilibrés jusqu’à un final augurant de volontés scénaristiques fortes pour la suite.

C’est dire si la saison 2 était attendue au tournant. Alors que les 4 premiers épisodes ont été diffusés sur SyFy ces deux dernières semaines (ils sont régulièrement rediffusés et disponibles en replay), un premier constat est de mise : le démarrage de saison est nettement meilleur et la suite se présente sous de très bons auspices. Carson et son équipe font face à une menace inédite et enthousiasmante. Prospero, le magicien créé par Shakespeare dans La Tempête, a trouvé le moyen de prendre forme dans notre monde et compte bien le dominer en réunissant ses anciens artefacts. Il sera aidé dans sa tâche par Moriarty, la nemesis de Sherlock Holmes, et d’autres « fictionnels ». C’est une intrigue plutôt classique mais qui reste efficace et promet de bon moments comme ce drôle de combat contre la Reine de Coeur sortie du pays des Merveilles. Quant à l’équipe, leurs rapports ont été bien revus et l’ensemble est dorénavant homogène. Reste à voir si les intrigues qui nous seront proposées seront à la hauteur des espérances.

Si vous n’avez pas vu la saison 1, pas d’inquiétude à avoir ! La saison 2 semble un bon point de départ tant elle relance la série sur de nouveaux rails enchanteurs. Elle est diffusée chaque samedi soir sur Syfy et disponible en replay. Il est également fort possible que France 2, même si elle a diffusée la saison 1 en catimini pendant les fêtes, diffuse la saison 2 sur leur antenne d’ici à la fin d’année 2016. Elle est également sortie en dvd et Blu-ray. De quoi vous donner plein d’occasions de donner une chance à cette série qui, si elle présente certains défauts, n’en est pas moins une dose de fraîcheur bienvenue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s